• mash'allah bon continuation insh allah

  • Anonyme

    sympa ton blog mashallah pren soin de toi ma seur kallah te guide dns le droit chemin

  • tres bon bloog ma-chaa allah b.continuation m soeur

  • Salut, c'est Son Altesse Salem, viens voir mon nouveau blog Over Groove : mon nouveau blog Over Groove ICI
    Fais ton blog Over Groove et ajoute moi en contact. Si tu es deja sur Over Groove, ajoute moi. Merci!






    9941

  • Anonyme

    Barakallah oufik ma soeur pour tous ces commentaires, Macha'Allah trés bon blog que tu as, Allah i 3awnek oukhti. Assalamou 3aleikoum

  • Anonyme

    Conseil aux femmes Par Umm 'Abdillah Al-Wadi'iyah (fille de shaykh Muqbil bin Haddi al-Wadi')

    - Le Hijab

    - Ne pas se parfumer

    - Une démarche légère, pour que l' on entende pas le bruit de ses chaussures, Allah Ta'ala a dit :

    « Et qu'elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l'on sache ce qu'elles cachent de leurs parures. » (Sourat al Nour : 31)

    - Et si elle marche avec sa soeur et qu il y a quelques hommes, qu'elle ne parle pas avec elle, et cela ne veut pas dire que la voix de la femme est awrah, mais l'homme entendant la voix de la femme, cela peut conduire à une fitnah.

    - Qu' elle demande la permission à son mari si elle est mariée

    - Si elle doit parcourir une distance considérée comme un voyage, elle ne doit pas y aller sauf avec un mahram

    -Qu' elle ne se mélange pas avec les hommes

    - Qu' elle soit dotée de pudeur/timidité

    - Qu' elle baisse son regard

    - Qu' elle n'enlève pas ses habits en dehors de sa maison (dans un endroit autre que sa maison litt.) si elle a l'intention par cela de s'exposer, en vérité il a été rapporté du prophète qu'il a dit :

    « Toute femme qui enlève ses vêtements en dehors de la maison de son mari, en vérité elle a révélé (dévoilé) la sutrah entre elle et son Seigneur » (sahih Ibn Majah 3021, sahih al Jamii 2710)

  • Anonyme

    Assalam 'alayka ua rahmatoullah ua barakatouh

    "Et Rappel, car le rappel profite aux croyants"

    SKYBLOG

    Mixité, photos, musique, commentaires.....Nous voyons souvent des jeunes filles et des jeunes hommes s'afficher tout partout sur les blog, parler à n'importe qui ect ...

    O les croyants ! Vous êtes responsables de vous-même ! Celui qui s'égare ne vous nuira point si vous vous avez pris la bonne voie. C'est vers Allah que vous retournerez tous ; alors Il vous informera de ce que vous faisiez. (Sourate al-Maidah, 105)

    Oh croyant(e)s !

    Ecoutez Allah, Craignez Allah et lorsqu'il ordonne, ou met en garde contre une chose, soumettez-vous tous à Lui....

    Le Prophète salla'Allahu alayhi wa sallam a dit :

    « Le diable met son tronc (bouche) sur le coeur de l'être humain ; lorsqu'il se rappelle Allah, le diable recule, mais lorsqu'il oublie Allah, le diable le manipule. » (Hadîth rapporté par Ibn Abî Dunyâ)

    ************************************************


    1- La mixité :


    ' Il n'y a rien de bon dans la plus grande partie de leurs conversations secrètes, sauf si l'un d'eux ordonne une charité, une bonne action, ou une conciliation entre les gens. Et quiconque le fait, cherchant l'agrément de Dieu, à celui-là Nous donnerons bientôt une récompense énorme.' (Sourate 4, An-Nisâ', les Femmes, verset 114.)

    La conversation secrète n'est que [l'oeuvre] du Diable pour attrister ceux qui ont cru. Mais il ne peut leur nuire en rien sans la permission d'Allah. Et c'est en Allah que les croyants doivent placer leur confiance. Sourate 58,10

    Shaikh Al-Albani rahimahullah aime à citer, pour montrer le chemin vers l'illicite, le grand

    poète égyptien Shawqi qui dit : « Un regard, puis un sourire, puis un salam, puis une parole, puis un rendez-vous, puis une rencontre.... »

    Le Messager d'Allah (salla'Allahu alayhi wa sallam) a dit : « Le diable circule dans l'homme comme le sang dans les veines »

    ************************************************


    2-Les photos et images :


    Beaucoup de jeunes filles ne connaissant rien de leur religion s'affiche dans leur blog, mélangés d'islam, d'origine du pays, et d'autres choses haram (interdites).

    Le plus triste dans cela est de voir des s½urs, avec le voile soubhanallah s'afficher dans des skyblog, c'est même affreux, le voile est fait pour être discrète et elles s'affichent !!

    Les s½urs se font salirs du regards par on ne sais combien de pervers, oh ma s½ur si tu te reconnais, qu'est-ce que cela t'apporte d'avoir un blog et d'afficher toutes tes photos, pour qu'on dise que tu as la classe et que tu es belle, quel gachis ! Crainds Allah !

    La représentation des créatures vivantes est interdite et constitue même un grand péché, qu'elle soit sous forme de gravure, dessin au crayon, à l'aide d'un appareil photographique etc...

    Ibn 'Abbàs rapporte: J'ai entendu dire le Messager de Dieu (salla'Allahou alayhi wa sallam): ' Tous les dessinateurs d'images iront au feu. On leur insufflera autant d'âmes que le nombre des images qu'ils auront dessinées et Dieu les soumettra au supplice de l'Enfer.' ( fais partie des images, les photographies)

    Le Messager de Dieu salla'Allahou alayhi wa sallam à dit aussi, selon un hadith rapporté par Muslim : ' Les anges n'entrent pas dans une maison où se trouve des statues ou des images '

    ************************************************


    3- La musique :


    Abou Mâlik Al Ach'ari (radhia allâhou anha) rapporte que le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) a dit: 'Il y aura parmi ma 'oummah' (communauté) des gens qui considéreront le vin, le porc, la soie (pour les hommes) et les instruments de musique ('ma'âzif') comme étant licites.' (Boukhâri)

    Musique = Dounia (vie terrestre), perversité, poison embelli

    Coran = Mode de vie terrestre, ayant pour but la Akhira (vie future)

    Tu écoutes la musique et le Noble Coran dans tous ça ?

    Tu penses aux 'belles' paroles de tes chansons, mais penses-tu aux divines et parfaites parole de ton Créateur ?

    Tu t'égaras à force de noircir ton coeur avec de la musique, tu souffriras tôt ou tard, alors que le Coran est un doux oreiller pour ton coeur, mais attention ça ne veut pas dire qu'il faut t'endormir au contraire !!

    Voir une vidéo au sujet de la musique http://musulmane-du-31.skyrock.com/2332562607-L-islam-et-la-musique.html" onclick="window.open(this.href); return false;">ICI

    ************************************************


    4- Laissez des commentaires sur ton skyblog :


    Il y en a qui viennent mettre des commentaires pour dire : si tu me mets des commentaires, ils seront remboursés (je te l'ai rendrais ) tkt !

    Voilà ton but ! soubhan'Allah !

    Tu préfères avoir des commentaires ou des hassanettes ?

    Ton but ? Avoir pleins de commentaires comme tu dirais : des com's !

    Laisse moi plein de com' s !!!

    Laisse moi plein de com' s !!!

    Laisse moi plein de com' s !!!

    Aoudou billah ! Vous ne savez dire que ça !

    Sache que je ne vais pas pour apprendre dans ton skyblog mais j'y vais pour essayer de ramener sur la voie droite (avec l'aide d'Allah) des soeurs qui s'égarent comme j'aimerai qu'on le fasse pour moi si je m'égarai.

    Oublie les commentaires et vise plutôt les hassanettes, et vise plutôt la vie future, le paradis ou l'enfer, il n'y a pas d'autres choix.

    ************************************************

    Le pire c'est que lorsque l'on avertis, on à comme réponse :

    Oui oui je sais !!! mais ils ne repentent pas à Allah !

    Et si jamais le diable t'incite à faire le mal, cherche refuge auprès d'Allah. Car Il entend, et sais tout. (Sourate al-A'raf, 200)

    Certain(e)s contredisent la paroles sacré d'Allah ou du prophète salla'Allahu alayhi wa sallam, en disant:

    On est plus au moyen-âge, on a pas de preuves que c'est vrai.... et ils tombent dans le kouffr ! Allahul mustaan!

    ************************************************

    Le Diable les a dominés et leur a fait oublier le rappel d'Allah. Ceux- là sont le parti du Diable et c'est le parti du Diable qui sont assurément les perdants. Sourate 58, 19

    Allah accueille seulement le repentir de ceux qui font le mal par ignorance et qui aussitôt se repentent. Voilà ceux de qui Allah accueille le repentir. Et Allah est omniscient et sage. (Sourate an-Nisa, 17)

    'Et quiconque se repent et accomplit une bonne o½uvre c'est vers Allah qu'aboutira son retour.' (Sourate al-Furqan, 71)

    Mais l'absolution n'est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu'au moment où la mort se présente à l'un d'eux, et qui s'écrie : 'Certes, je me repens maintenant' - non plus pour ceux qui meurent en état d'infidélité. Et c'est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux. (Sourate an-Nisa, 18)


    Qu'Allah nous garde sur le droit chemin...( Amin)


  • slm ca va bon blog super +5

  • Anonyme

    trop masahallah ton blog et toi ossi t une fille mashallah je te fait de ros bisou je taime ma chérie

  • Anonyme

    Ma chéwiiiie a moi ke dire de toi apart ke t une fille macha'ALLAH
    j'ai eu la chance te conètre mersiii pr tout ske tu a fé pr moi
    te remersirééé jamééé asé ma muslima a moi tu déchir tout
    grace a toi g apriii plu de choz ke je ne savé déja
    ta tjr été la pr moi é pr nous mm lé filles le dizzzzz toute
    je taimeeeee ma chéwiiie
    tro heureuz te conètreeee te remercirééé jamé asé
    ta tjr réponce a tout jamé tu nous a lésé tombé
    boussa

  • Anonyme

    Salam
    Tres Bo ProFFil bnne cnntination

  • Anonyme

    Abiroushe Jte laiss un Com mm sii jsuii O teL ak twa..(Lol)
    Jolii le Blog et le Profil...Bonne continuation ma Abiroushe salem prend soin de twa tkt o Bled iich'Allah...Rpz Tanger (zerma) lol jtaiiimeeeuh

  • Anonyme

    slm 1 pti coucou ! Cordial k.Allah te preserve amin. L essence 2 tte bonte reside dans 1 coeur loyal. La femme vertueuse et comme la pommade sur la tete elle embellie les cheveux et adoucit les vaisseaux. Elle est comme la couronne sur la tete du roi. Elle est aussi pierre et perle precieuse dont on ne connais pas la valeur. Bye! Slm. Jkim.

  • Anonyme

    A propos du ‘Id



    Son obligation :
    La prière du ‘Id est obligatoire pour les hommes et les femmes, car le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) l’a constamment accomplie et qu’il a ordonné aux femmes de sortir de chez elles pour y assister. Umm ‘Atiyyah rapporte : « On nous a ordonné de faire sortir les vieilles femmes ainsi que les jeunes filles. » (Al-Bukhârî et Muslim)

    Hafsah bint Sîrîn rapporte : « Nous interdisions à nos jeunes filles de sortir pour se rendre à la prière du ‘Id. Une femme vint et elle s’installa à la citadelle de Banî Khalf. Je me rendis auprès d’elle et elle m’informa que le mari de sa soeur avait participé à douze batailles avec le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam), et que sa s½ur était avec lui dans six de ces batailles. Elle lui dit : « Nous nous occupions des malades et des blessés. » Elle dit : « Ô Messager d'Allah ! Y a-t-il un mal à ce que l’une d’entre nous ne se rende pas à la prière du ‘Id si elle ne trouve pas de Jilbab ? » Il dit : « Qu’une de ses s½urs la vêtisse d’un de ses jilbabs, et qu’elles assistent au bien et aux invocations des croyants. » (Al-Bukhârî et Muslim)

    Son temps :
    Zayd ibn Khumayr Ar-Rahabî rapporte : « ‘Abd Allah ibn Bisr, le compagnon du Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) sortit en compagnie des gens le jour du ‘Id de la rupture (du jeûne) ou du sacrifice et il réprouva le retard de l’imam. Il dit : « A cette heure, nous avions déjà fini (à l’époque du Prophète) » Et c’était lorsque le soleil se levait clairement dans le ciel (At-Tasbîh). » (Sahîh Abû Dâwûd)

    Accomplir la prière à la Musallâ (plutôt qu’à la mosquée) :
    Les hadiths précédents nous montrent que le lieu d’accomplissement de la prière du ‘Id est un lieu vaste en dehors de la ville (Al-Khalâ’) et non la mosquée. Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) l’accomplissait là-bas, lui et ceux qui l’ont suivi.

    Fait-on l’adhan et l’iqâmah ?
    Ibn ‘Abbâs et Jâbir ibn ‘Abd Allah rapportent : « On ne faisait l’adhân ni le jour de la rupture (du jeûne), ni le jour du sacrifice. » (Al-Bukhârî et Muslim)
    Jâbir rapporte : « Le jour de la rupture (du jeûne), il n’y a pas d’adhân lorsque l’imam arrive, ni après qu’il soit arrivé. Il n’y a pas non plus d’iqâmah, d’appel ou quoi que ce soit, ni appel ni iqâmah » (Muslim)

    Description de la prière :
    La prière du ‘Id est composée de deux Raka’ât dans lesquelles on prononce douze takbîr (Allahu Akbar) : sept dans la première, après le takbir d’ouverture et avant la lecture, et cinq dans la deuxième avant la lecture :

    ‘Amr ibn Shu’ayb rapporte d’après son père, d’après son grand-père que le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) a prononcé sept takbîr dans la première raka’a et cinq dans la deuxième. (Sahîh Ibn Mâjah)

    ‘A’ishah rapporte : « Pour (les prières) de la rupture (du jeûne) et du sacrifice, le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) a prononcé sept et cinq takbir, sans compter les deux takbir de l’inclinaison. » (Al-Irwâ, 639)

    Que doit-on y réciter ?
    An-Nu’mân ibn Bashîr rapporte : « Le Messager d'Allah lisait pour les prières des deux ‘Id et du vendredi, (les sourates) Al-‘Alâ et Al-Ghâshiyah. » (Al-Irwâ, 644)

    ‘Ubayd Allah ibn ‘Abd Allah rapporte : « ‘Umar sortit pour la prière du ‘Id et il envoyait quelqu’un demander à Abû Wâqid Al-Laythî : Que récitait le Prophète en ce jour ? Il dit : « (Les sourates) Qâf et Al-Qamar. » (Al-Irwâ, 3/118)

    Le sermon se fait après la prière (au contraire de la prière du vendredi) :
    Ibn ‘Abbâs rapporte : « J’ai assisté à la prière du ‘Id avec le Messager d'Allah, Abû Bakr, ‘Umar et ‘Uthmân, et tous priaient avant le sermon. » (Al-Bukhârî et Muslim)

    Prier avant et après :
    Ibn ‘Abbâs rapporte : « Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) accomplit deux raka’ât le jour de la rupture (du jeûne), sans prier ni avant ni après. » (Al-Bukhârî et Muslim)

    Les actes recommandés :
    1) Prendre un bain (Ghusl) : On interrogea ‘Alî à propos du Ghusl, il dit : « [Il est bon de l’accomplir) le vendredi, le jour de ‘Arafah, le jour de la rupture (du jeûne), et le jour du sacrifice. » (Al-Bukhârî et Muslim)

    2) Porter de beaux vêtements : Ibn ‘Abbâs rapporte : « Au jour du ‘Id, le Messager d'Allah portait une tunique rouge. » (As-Sahîhah)

    3) Manger avant de se rendre à la prière le jour de la rupture (du jeûne) : Anas rapporte : « Au jour de la rupture (du jeûne), le Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) ne sortait pas sans avoir mangé des dattes. » (Sahîh At-Tirmidhî)

    4) S’abstenir de manger, le jour du sacrifice, jusqu’à revenir (de la prière) et manger ensuite de la bête sacrifiée : Abû Buraydah rapporte qu’au jour de la rupture du jeûne, le Messager d'Allah (salallahu’ alayhi wa salam) ne sortait pas sans avoir mangé, et au jour du sacrifice il ne mangeait pas jusqu’à avoir sacrifié. » (Sahîh At-Tirmidhî)

    5) Emprunter deux chemins : Jâbir rapporte : « Au jour du ‘Id, le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) empruntait deux chemins différents (pour se rendre et revenir de la prière). » (Al-Mishkâh)

    6) Prononcer le takbîr :
    Allah dit : « afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! » (Al-Baqarah, 185) Et cela concerne le jour de la rupture (du jeûne).
    Et concernant le jour du sacrifice, Il dit :
    « Invoquez Allah pendant un nombre de jours déterminés » (Al-Baqarah, 203)
    « Ainsi vous les a-t-Il soumis (les animaux), afin que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés » (Al-Hajj, 37)

    Au jour de la rupture (du jeûne), le takbîr débute lorsqu’on sort pour se rendre à la Musallâ (ou à défaut à la mosquée) et on le prononce jusqu’à ce qu’on accomplisse la prière :

    Ibn Abî Shaybah rapporte d’après Zayd ibn Hârûn, d’après Ibn Abî Dhi’b, d’après Az-Zuhrî : « Le Messager d'Allah se rendait à la prière le jour de la rupture (du jeûne) et il prononçait le takbîr jusqu’à arriver à la Musallâ et accomplir la prière. Lorsqu’il l’avait accomplie, il cessait de prononcer le takbîr. » (As-Sahîhah) […]

    Au jour du sacrifice, le takbîr débute à l’aube du jour de ‘Arafah et dure jusqu’au ‘Asr du dernier jour de tashrîq (3 jours après le ‘Id). Cela est rapporté authentiquement de ‘Alî, Ibn ‘Abbâs et Ibn Mas’ûd.

    Quant à la manière de prononcer ce takbîr, il y a une certaine largesse en cela, « On a rapporté d’Ibn Mas’ûd qu’il le prononçait deux fois (de cette manière) : Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha Illallah, Allahu Akbar, Allahu Akbar, wa Lillahi Al-Hamd. » […] on rapporte également qu’il le prononçait trois fois : Allahu Akbar, Allahu Akbar, Allahu Akbar, Lâ ilâha Illallah, Allahu Akbar, Allahu Akbar, Allahu Akbar, wa Lillahi Al-Hamd. » (Al-Irwâ, 3/125).

    Source : Al-Wajîz, p.156-160.

    Quiconque médite sur la manière dont une grande partie des musulmans pratiquent leur religion constate qu’il y a un décalage évident entre les Textes et leur application. C’est particulièrement le cas pour les deux ‘Id que la plupart des gens considèrent comme des fêtes alors qu’elles sont avant tout des actes d’adorations dont l’élément principal est l’accomplissement de la prière.

    Écouter shaykh Albânî à ce sujet :

    Question : « En ce qui concerne le fait de fêter le jour du ‘Id. Je vous rappelle le hadith de ‘Aishah dans lequel le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) est entré chez elle et qu’elle avait auprès d’elle deux petites filles qui chantaient. »

    Réponse : Premièrement, dire « fêter le ‘Id » n’est pas une expression islamique. Il n’y a pas de fête (dans le sens de festivités), c’est une chose importée en islam, il n’y a qu’un ‘Id comme l’a dit le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) à Abû Bakr dans l’histoire à laquelle tu as fait référence : « Laisse-les Abû Bakr. Chaque communauté a son ‘Id, et ce jour est notre ‘Id. » Avant toute chose, les musulmans doivent s’attacher à accomplir la prière du ‘Id à la Musallâ si cela est possible, et s’ils ne le peuvent pas, alors à la mosquée, en fonction de leur possibilités. Quant aux choses permises, elles le sont à tout moment et en tout lieu. Mais par Sa grande sagesse, le Seigneur a permis de jouer uniquement du Duff (tambour ne produisant qu’un son) et rien d’autre pour les mariages et le jour du ‘Id. Mais cela ne veut pas dire que nous devons organiser des fêtes comme le font les Européens et comme nous avons pu le constater sur les places publiques : ils amènent des instruments de musique, des orchestres et d’autres choses semblables, ils dansent, ils jouent de la musique et d’autres choses encore. Il n’y a rien de tout cela en islam. Cette permission qu’a donnée le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) est une permission individuelle, comme tu as pu le lire dans le hadith des deux petites filles. Le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) n’a pas fêté, Abû Bakr n’a pas fêté, ‘Umar n’a pas fêté, si on peut utiliser ce terme de « fête ». Seulement, si une petite fille veut jouer du Duff, et uniquement du Duff, il n’est pas permis aux adultes de le lui interdire. Voilà ce qui s’est passé, ce qui doit être accepté et qu’il n’est pas permis de réfuter. Mais de là à en tirer que l’on peut organiser des fêtes, jouer de la musique, et d’autres choses encore, c’est là une exagération qui n’est pas légiférée, et ce à l’unanimité des savants. »

    Shaykh Mashûr Salmân dit : « Les actes répréhensibles dans la vie des musulmans pendant les jours de ‘Id sont très nombreux, une partie de ces actes sont également commis en dehors de ces deux jours, mais ils s’amplifient et augmentent en ces jours. Parmi ceci : « s’embellir » en se rasant la barbe, serrer la main des étrangères (toute femme qui n’est pas interdite au mariage d’une manière définitive), le fait que les femmes se découvrent, qu’elles sortent au marché et ailleurs, l’imitation des mécréants et des occidentaux dans leur vêtements, écouter de la musique, visiter spécifiquement les tombes en ce jour, distribuer des bonbons et de la nourriture dans les cimetières, s’asseoir sur les tombes, la mixité, se dévoiler sans pudeur, se lamenter sur la disparition des morts, entrer chez des femmes qui ne sont pas interdites définitivement au mariage, l’excès et le gaspillage sans limite et sans bienfait, et d’autres actes interdits encore. » (Al-Qawl Al-Mubîn, p.399-400)

    Une des actes les plus répandus est sans doute celui qu’évoque shaykh Al-Albânî dans le passage suivant :

    Écouter le shaykh

    « Nous disons, le fait que les vivants visitent les morts (spécifiquement le jour du ‘Id) est une innovation, mais il n’y a aucun Texte sur cela dans la Sunna et encore moins dans le Coran qui dise (textuellement) : « le fait que les vivants visitent les morts, spécifiquement le jour du ‘Id, est une innovation », il n’y a rien de tout cela. Et on peut dire cela de toutes les innovations. Et malheureusement, bien que le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) ait dit : « toute innovation est un égarement », on ne trouve pas un seul texte dans lequel le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) aurait dit d’une chose qu’elle est une innovation. Malgré tout, les savants sont unanimes pour dire qu’il y a des milliers d’innovations apparues après le Prophète (salallahu’ alayhi wa salam). Comment pouvons-nous dire qu’il s’agit d’une innovation alors que nous n’avons pas de texte disant (textuellement) que c’est une innovation ou interdit ? Par cette courte phrase indiquée par de nombreuses preuves du Coran et de la Sunna et qui est : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. » Parmi les preuves, (on peut citer) la Parole d’Allah : « Et quiconque rentre en désaccord avec le Messager, après que le droit chemin lui est apparu et suit un autre sentier que celui des croyants, alors Nous le laisserons comme il s’est détourné, et le brûlerons en Enfer. Et quelle mauvaise destination ! » (An-Nisâ, v.115) Ce n’est pas la voie des croyants que de visiter les tombes le jour du ‘Id, et puisqu’il en est ainsi, nous résumons cette preuve et d’autres pour les gens afin qu’ils s’éloignent de toute chose inventée en disant : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. »

    La visite des tombes en soi est un bien, et il n’y a aucun doute en cela, mais la coutume des gens venus après les compagnons, en spécifiant cette visite au jour du ‘Id parmi tous les jours de l’année, a fait de cette visite une innovation dans la religion à laquelle nous opposons cette phrase bénie : « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. ». Ainsi, il est légiféré à la base que les vivants visitent les morts, et nul besoin d’en rappeler les preuves. Et de la même manière, il est légiféré que les vivants visitent les vivants, il n’y a aucune divergence sur cela. Lorsque quelqu’un vient aux gens et leur rappelle la voie du Prophète (salallahu’ alayhi wa salam) et des salafs qui l’ont suivi à la perfection, en leur disant : « Le fait que les vivants visitent les vivants le jour du ‘Id est en tout point semblable au fait que les vivants visitent les morts le jour du ‘Id. » Si tu demandes une preuve sur cela, nous te rappelons la preuve de ce que nous venons d’évoquer et qui est : le fait que les vivants visitent les morts le jour du ‘Id est une innovation. Et je pense que maintenant nous sommes tous d’accord sur ce point et totalement convaincus par cette règle que nous venons de rappeler. Nous ne pouvons délaisser cette règle et nous en détourner, car par habitude nous sommes étrangers (à la voie des croyants) et suivons les coutumes d’une manière semblable à la coutume que nous réprouvons ici et qui est que nous avons pris l’habitude de visiter les musulmans à l’occasion du ‘Id.

    Nous disons donc avec une fermeté et une conviction totale que le fait que les vivants visitent les vivants au jour du ‘Id est en tout point semblable au fait que les vivants visitent les morts je jour du ‘Id. Si quelqu’un dit : ô mon frère, le fait de se visiter le jour du ‘Id est légiféré, et comme il a été rappelé aujourd’hui (plus tôt dans la conversation), pour maintenir les liens de parenté et il est possible qu’ils ne se soient pas visités depuis un ou deux ans. Cette seule chose suffit pour montrer le mal de cette visite, car ils attendent l’un sur l’autre et négligent l’accomplissement de leur obligation, qu’il s’agisse de l’obligation de visiter les morts qui adoucit les c½urs et rappelle l’au-delà, qu’ils n’accomplissent que le jour du ‘Id. De la même manière pour le maintien des liens de parenté pour lesquels ils attendent le ‘Id, (en disant) la visite le jour du ‘Id est meilleure, car la visite est en soi légiférée et le jour du ‘Id est méritoire. Pas du tout ! « Si c’était un bien, ils (le Prophète et les compagnons) nous auraient précédé en cela. » Tout ce qui confirme la première innovation (la visite des morts le jour du ‘Id) confirme la deuxième innovation (visiter les vivants spécifiquement le jour du ‘Id). Tous ceux qui condamnent la première innovation doivent condamner la deuxième innovation. Tous ceux qui doutent du caractère innové de la deuxième innovation, doutent nécessairement de l’innovation de la première, sinon ils se contredisent. »

  • Anonyme

    cOucOu ma NamOureuZeuZ
    merci pOur tOn cOms
    tOii osii te tte mach'ALLAH
    BOUSSA jtm muy fuerte x3